La Conférence européenne des lesbiennes demande à l'UE d'agir pour lutter contre la montée de l'homophobie

Le climat politique actuel en Europe centrale s'avère chaque jour plus difficile pour les communautés LGBTIQ.

Alors que l'évolution de la situation dans des pays comme la Hongrie, la Pologne et la Serbie fait la une des journaux, les personnes LGBTQ continuent à être témoins et à subir une homophobie systémique dans toute l'Europe.

Dans ce contexte, la communauté lesbienne d'Europe centrale et asiatique (EL*C) se prépare à sa troisième grande conférence, qui se tiendra à Bruxelles en novembre 2008. Budapest du 29 septembre au 1er octobre.

Budapest a été choisie pour accueillir la conférence afin de manifester sa solidarité avec les lesbiennes de Hongrie qui doivent faire face à la réaction anti-gender et aux mesures anti-LGBTQ du gouvernement Orban.

" Nous avons besoin que le gouvernement protège la liberté des personnes LGBTI... " a déclaré Gwendoline Delbos-Corfield, membre du Parlement européen. "La Hongrie est aujourd'hui un endroit où l'on ressent de l'insécurité quand on sait ce que les dirigeants de ce pays disent des personnes LGBTI, et c'est un énorme problème. Aux yeux du gouvernement hongrois, il y a aujourd'hui un refus de toute diversité. "

Mme Delbos-Corfield s'est exprimée lors d'une conférence de presse à Bruxelles, organisée par l'EL*C pour souligner les objectifs de la prochaine conférence.

La conférence européenne des lesbiennes de Budapest est co-organisée par l'EL*C et les organisations hongroises Labrisz Lesbian Association et qLit.

La conférence comprendra des présentations, des discussions de groupe, des ateliers et une marche des gouines. L'intention de la Dyke March, et de la conférence en général, est d'envoyer un message fort au gouvernement hongrois : les lesbiennes résistent.

"EL*C pour nous est un acteur très important à l'intersection des luttes féministes et LGBTI et leur travail depuis 2017 l'a montré de tant de façons. Des sujets très importants seront abordés, et nous pourrons célébrer l'activisme et les projets politiques lesbiens..." a déclaré Malin Anna Björk, membre du Parlement européen, lors de la conférence de presse. "Nous voyons comment les conservateurs d'extrême droite et de droite s'attaquent aux droits LGBTI, aux droits des lesbiennes et aux droits des femmes de manière assez brutale au Parlement européen et dans certains États membres, il est donc de plus en plus important que nous nous alliions et que nous résistions, que nous défendions les droits de l'homme, la démocratie et la sécurité de chacun."

"La conférence sera un moment d'autonomisation pour nous tous, l'occasion de célébrer les vies lesbiennes, nos réalisations, nos pouvoirs et de dénoncer les discriminations multiples et intersectionnelles auxquelles les lesbiennes de toute l'Europe, d'Asie centrale et du monde entier sont confrontées et les façons dont nous existons, et nous résistons..." a ajouté Ilaria Todde, responsable du plaidoyer et de la recherche pour EL*C. "Ce sera une célébration, un moment fort de soutien pour nos amis et collègues en Hongrie et pour les lesbiennes d'Ukraine, les réfugiés qu'ELC a soutenus au cours des 7 derniers mois."

En savoir plus sur la Conférence européenne des lesbiennes

La conférence de presse d'EL*C était soutenue par ELMA - l'association européenne des médias LGBTQIA+.

Catégories

fr_BEFrench