Rencontrez l'homme qui se cache derrière le lapin dans l'univers de Cartoon Called Life.

Avec un nouveau livre de recettes publié et une boutique rue Saint-Jean à visiter, j'ai rencontré Juraj Straka pour découvrir les coulisses de l'univers de l'entreprise. Dessin animé intitulé "La vie.

"Tout a commencé il y a 9 ans..." explique Juraj. "Tout a commencé de manière très innocente et non planifiée, lorsque mon petit ami m'a donné le surnom - Mon petit lapin".

"Je vivais à Lyon, en France. Mon petit ami était très intéressé par le fait que je vienne de Slovaquie. Il avait un faible pour les gars de l'Europe de l'Est, ce qui m'arrangeait bien. "Il voulait vraiment apprendre le slovaque - juste des petits mots et des phrases."

"Nous parlions d'animaux et, pour une raison quelconque, il m'a demandé comment on dit 'lapin', c'est-à-dire 'zajac'. Je ne sais pas pourquoi, mais il adorait ce mot. Il n'arrêtait pas de le répéter et il a fini par devenir mon surnom."

"C'était la naissance de toute cette idée."

"J'ai adopté ce surnom. Quand j'écrivais un post-it ou autre chose - 's'il te plaît, fais la vaisselle' - au lieu de le signer, je faisais juste un petit gribouillage d'un lapin. C'est comme ça que ça a commencé."

"Au début, tout ça était très privé. C'était juste entre lui et moi et nos amis. Je lui ai aussi donné un surnom, il s'appelait Bear - 'Medveď'. Les premières aventures du dessin animé étaient donc centrées sur Bunny et Bear, ainsi que sur nos amis qui faisaient des apparitions."

"Ce n'était pas drôle à l'époque. Nous avions un dîner avec des amis et je faisais un dessin de Bunny et Bear en train de dîner avec des amis. C'était juste entre nous, dans un groupe privé."

"J'ai toujours été un artiste depuis que je suis enfant. Mon travail de jour était celui d'un designer textile - j'illustrais et dessinais des motifs pour des textiles. Le dessin a toujours été ma façon de m'exprimer. J'avais donc ce bagage, mais je n'avais jamais dessiné d'illustrations de style bande dessinée auparavant - c'est un style très différent - il m'a fallu beaucoup de temps pour l'apprendre, l'explorer et en comprendre le processus."

"L'une des choses que j'ai dû apprendre était l'utilisation du texte. C'était nouveau pour moi : j'avais toujours privilégié la représentation visuelle. C'était un défi d'essayer de transmettre une narration juste avec quelques mots et une image. Mais c'était juste pour le plaisir."

"Ensuite, j'ai rompu avec mon petit ami."

"J'ai arrêté tout le projet. C'était trop lié à 'nous' - c'était trop personnel."

"Il a fallu presque un an avant que je réalise que ça me manquait. Je me suis rendu compte que ce n'est pas parce que Bear est parti que le Bunny n'existe plus."

"Le dessin me manquait, et Bunny en tant que personnage me manquait - il était mon alter ego. Les dessins animés étaient un journal visuel."

"J'ai recommencé à dessiner, et j'ai commencé à poster sur Instagram. Grâce à Instagram, je publiais désormais à un public inconnu - c'était une connexion différente entre le personnage et le public."

"À ce moment-là, je vivais à Paris, j'étais célibataire et j'étais à la recherche d'un beau barbu. Les barbus, c'est mon truc. J'ai toujours aimé les ours."

"Je viens de commencer à illustrer ma vie de célibataire à Paris. Bunny recherche un barbu."

"C'est devenu mon exutoire créatif. Juste quelque chose que j'aimais faire pour moi-même."

"Grâce à Instagram, j'ai commencé à découvrir le monde de l'"art gay". Je me suis rendu compte que lorsque les gens parlent d'art gay, il s'agit généralement de porno, d'érotisme ou de nudité très explicite. Il n'y a rien de mal à cela, mais il y a très peu d'humour et il n'y a que du sexe. La vie gay ne se résume pas au sexe."

"Je voulais créer quelque chose d'assez convivial pour les mamans. Nous utilisons des blagues un peu perverses, mais elles sont toujours représentées visuellement de manière non explicite. Cartoon Called Life a été créé pour un public gay, mais nous avons beaucoup d'adeptes qui ne font pas partie du groupe LGBTQ. Nous avons créé un univers qui peut s'adresser à tout le monde tout en parlant à un certain niveau à notre communauté."

"Le public a commencé à se développer de manière organique. Ce n'était pas un succès du jour au lendemain, mais il y a eu beaucoup de retours positifs."

"Ensuite, mon travail de jour de designer textile m'a amené en Belgique. Il y a environ six ans, on m'a proposé l'emploi de mes rêves, ici, en Belgique."

"Peu après mon arrivée en Belgique, j'ai rencontré Laurent par le biais d'Instagram - il était à Anvers à l'époque. Il a vu le potentiel de l'ensemble du projet."

"Au début, j'étais réticent à l'idée de transformer mes dessins de Bunny en un autre travail - c'était quelque chose qui était juste pour le plaisir".

"Mais j'avais le rêve de publier un livre. Alors, c'est là qu'on a commencé."

"Nous avons auto-publié le livre. Je voulais un contrôle total - j'étais têtue. J'ai eu beaucoup de mal à me familiariser avec l'ensemble du processus. De plus, j'avais des idées très précises sur l'aspect que je voulais donner au livre, ce qui a rendu les choses plus difficiles. C'était un projet énorme, mais ça en valait la peine."

"J'ai pleuré comme un bébé lorsque les premiers exemplaires du livre sont arrivés. C'était très émouvant - accablant et satisfaisant."

"La publication du livre a été le moment où Bunny est passée du statut de hobby à celui de marque. Cela a déclenché une avalanche d'idées. C'était il y a cinq ans - les choses n'ont cessé de faire boule de neige depuis."

"Le livre a lancé notre entreprise. Peu après, nous avons commencé à produire des produits dérivés et à les vendre sur notre boutique en ligne."

"Cinq jours avant Covid, j'ai quitté mon autre emploi pour me concentrer sur Bunny et Cartoon Called Life. C'était vraiment fou - j'avais l'impression que le monde entier s'était écroulé."

"C'était très difficile pour moi d'essayer de créer des dessins animés - soudainement, rien ne semblait drôle. Mes blagues portaient toutes sur les rencontres, les sorties, la boisson et les amis - soudain, toutes ces choses étaient figées."

"J'ai arrêté de dessiner. Mais cela n'a duré que huit jours. En discutant avec Laurent, on s'est rendu compte que les gens avaient besoin de quelque chose pour se distraire, il fallait juste bien choisir nos thèmes. La seule façon de faire face au Covid était de s'en moquer."

"Covid m'a donné beaucoup de matière pour travailler. Nous publiions un dessin animé par jour, ce qui a suscité des réactions très positives - les gens avaient besoin de rire. Je me suis rendu compte à quel point Bunny était devenu important dans la vie des gens."

"C'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons décidé d'ouvrir le magasin ici à Bruxelles. Nous voulions nous connecter avec les gens d'une manière plus physique qu'en étant simplement en ligne."

"Le magasin est une boutique-galerie. Cet espace nous donne l'occasion de montrer tout l'univers de Cartoon Called Life - les bandes dessinées, l'art et les différentes catégories de produits. Les œuvres d'art en particulier fonctionnent beaucoup mieux dans le magasin qu'en ligne."

"La boutique nous donne l'occasion de rencontrer des gens dans la vie réelle, des gens que nous connaissons en ligne depuis des années."

"Nous plaisantons en disant que nous aimerions devenir la version gay de Hello Kitty. Notre plan est de continuer à nous développer, mais en le faisant à notre propre rythme, et en gardant nos quantités réduites."

"Notre publication la plus récente est un livre de cuisine. C'était inattendu, nous aimons surprendre les gens."

"Le concept est né d'un dîner que j'ai eu avec mon ami Alex - le co-créateur du livre de cuisine. Nous faisions des blagues - en transformant les noms des plats en blagues stupides. L'idée nous est restée et nous avons décidé de la réaliser. Cela réunit la joie de cuisiner et la joie de se moquer des choses".

"L'objectif de la galerie boutique est également d'explorer certaines collaborations avec d'autres artistes. Nous avons une salle d'exposition qui peut être une plateforme pour d'autres artistes. Nous voulons donner en retour à la communauté et aux autres artistes."

"Nous avons beaucoup d'idées. Les idées ne sont jamais le problème - le manque de temps est notre plus gros problème."

"Nous sommes très fiers de ce que nous avons accompli jusqu'à présent."

Découvrez les aventures de Bunny et de l'univers de Cartoon Called Life.

Catégories

fr_BEFrench